Les 5 techniques des coachs pour être bien dans sa peau au quotidien

Aujourd’hui j’ai choisi de vous présenter une conférence que j’affectionne particulièrement de David Lefrançois. David Lefrançois est expert en psychologie, en neurosciences et formateur de coachs. Dans cette vidéo il s’adresse aux coachs qui cherchent comment vendre leurs services mais je trouve que les informations qu’il donne sur comment être mieux dans ses baskets, comment améliorer sa vie dans un sens qui nous plait plus, peuvent s’appliquer à tout un chacun. Alors sans plus attendre voici les 5 étapes pour modifier votre réalité.



1-  Soyez présents

Première étape pour modifier votre réalité, soyez présents. Parce que votre réalité c’est ce que vous vivez, la somme de toutes vos expériences mises bout à bout et que ce qui est à la base de vos expériences ce sont vos comportements. Vos comportements sont donc à la base de vos expériences qui elles-mêmes sont à la base de votre réalité.

 

 

Vos comportements créent votre réalité.

 

Comportements à Expériences à Réalité

 

 

Cela signifie qu’en agissant sur vos comportements vous agissez sur votre réalité. En choisissant un comportement plutôt qu’un autre, vous créez une réalité plutôt qu’une autre. Alors il est temps de commencer à faire vos choix en conscience pour modeler votre réalité.

Qu’est-ce qui motive vos choix ? Quels seront les répercussions si vous choisissez ce comportement ?

 

Quels autres comportements pourriez-vous choisir d’adopter dans une telle situation ? Et encore ? Quoi d’autre ? Et quelles seraient les conséquences de ces comportements ? 

2-  Ecoutez vos émotions

Deuxièmement, il va s’agir d’écouter vos émotions. Parce que si nos comportements sont à la base de nos expériences, ce qui est à la base de nos comportements ce sont nos émotions.

 

 

Emotions à Comportements à Expériences à Réalité

 

 

Les émotions sont des réactions physiologiques qui sont là pour nous donner des indications sur notre degré d’adaptation à notre environnement extérieur, le niveau de satisfaction de nos besoins, guider nos comportements et assurer notre survie. Le principe d’une émotion c’est de mettre en mouvement vers l’extérieur. Les émotions sont là pour nous dire de poser une action et plus l’émotion est désagréable, plus il est important de poser une action.  Vous comprenez donc l’importance d’écouter nos émotions.

Comment interagissez-vous avec vos émotions ? Souvenez-vous de la dernière fois où vous avez ressenti une émotion désagréable ? Que venait-elle vous dire ? Et comment avez-vous réagi ?

 

Retrouver plus d’outils pour entrer en contact avec vos émotions dans mon article 4 étapes pour développer votre intelligence émotionnelle.

3-  Jouez sur vos représentations mentales

Une troisième étape va être d’utiliser les représentations mentales. Votre cerveau ne fait pas la différence entre une situation réellement vécue et une situation inventée de toute pièce pour peu que ce soit bien fait à travers la dimension visuelle, auditive, kinesthésique, olfactive, gustative. Cela signifie deux choses. Avec une visualisation particulièrement réaliste vous pouvez :

 

Modifier vos émotions

Puisque vos émotions sont des signaux sur votre niveau d’adaptation à votre niveau extérieur, en modifiant votre milieu extérieur, vous modifiez vos émotions. Cela peut être utile par exemple pour continuer d’avancer, le temps de résoudre une situation compliquée, ou pour garder votre sang froid en situation de stress.

 

Modifier vos croyances

Car croyances et expériences interagissent. Quand vous ne vous croyez pas capable de réussir dans une situation donnée vous doutez, hésitez, faites des erreurs et cela renforce votre croyance selon laquelle vous n’êtes décidément pas capable de réussir dans cette situation. Mais l’inverse est également vrai, quand vous êtes persuadé d’être doué dans un domaine donné, vous vous sentez confiant, détendu, réussissez avec plus de facilité, ce qui confirme et augmente votre croyance selon laquelle décidément vous êtes vraiment doué dans ce domaine.

 

Alors lancez-vous, visualisez les situations que vous aimeriez voir se réaliser avec un maximum de détail et en pensant bien à impliquer vos cinq sens.

Où êtes-vous ? Que faites-vous ? Que voyez-vous ? Qu’entendez-vous ? Que sentez-vous ? Fait-il chaud ? Froid ? L’air est-il humide ?

 

Comment vous sentez vous ?

4-  Alignez vos 4  cerveaux

Peut-être savez-vous déjà que votre hémisphère droit et votre hémisphère gauche font un travail différent et que pour atteindre vos objectif il est important de les mobiliser tous les deux. C’est excellent mais ce n’est pas suffisant car il y a en fait 4 parties de votre cerveaux qui ont chacune un traitement particulier de l’information et doivent travailler de concert dans l’atteinte de vos objectifs. 

 

Le cerveau gauche qui analyse, dissèque l’information. C’est l’intelligence mathématico-logique.

Le cerveau droit qui est plutôt dans l’imaginaire, le rêve.

Le cerveau médian qui est le lieu des émotions.

Le cervelet qui traite la gestuelle, les stimuli.

 

Quand vos 4 cerveaux sont mobilisés, tout se fait naturellement et vous augmentez par 7 les chances d’atteindre votre objectif. Mais si un seul est en désaccord, se met en place un phénomène de résistance. Alors tout devient difficile, vous êtes en lutte perpétuelle, vous n’arrivez plus à tenir vos résolutions. Pour que le changement tienne il faut qu’il soit naturel, et pour ça il faut que dans le projet il y ait du mouvement, de la raison, du rêve et de l’émotion.

5-  Soyez positifs

Nous avons déjà parlé pensée positive mais ce n’est pas de cela dont il s’agit aujourd’hui. Je ne vous parle pas aujourd’hui d’un positif optimiste par opposition à un négatif pessimiste mais plutôt d’un positif mathématique de ce qui est par opposition à un négatif de ce qui n’est pas. Tiens ton verre droit plutôt que ne le renverse pas, marche plus lentement plutôt que ne court pas, reste calme plutôt que ne stresse pas. Il s’agit en fait de parler, de penser à ce qu’on veut plutôt qu’à ce qu’on ne veut pas.

 

Je vous entends d’ici me dire que je chipote, que c’est la même chose, me demander quelle est la différence ou bien ce que cela changera dans votre vie d’être plus positifs. Et bien cela changera énormément de choses car ce qu’il y a c’est que votre - notre, le mien, le cerveau humain en général -  cerveau ne comprend pas la négation. Si, si, c’est vrai je vous assure. Vous voulez une preuve ? Essayez de ne pas imaginer un gâteau aux fraises. Pour ne pas imaginer de gâteau aux fraises votre cerveau est d’abord obligé d’en imaginer un, ensuite il le supprime. C’est comme ça que ça fonctionne. Ajoutez à ça que dans notre cerveau il y a ce qu’on appelle un lien cognitivo-comportemental, ce qui signifie que ce qu’on imagine on le fait et là vous avez tout compris.

 

Si votre mère s’est toute sa vie enfermée dans des relations avec des hommes indifférents et que vous construisez votre vie en vous disant « Je ne veux pas avoir les mêmes relations que ma mère » quel type de relations vous vient à l’esprit quand vous vous dites cette phrase ? Et que risque-t-il de vous arriver ? Alors dès aujourd’hui soyez plus positifs. « Je ne veux pas… » Ok, et que voulez-vous à la place ? Mettez l’accent là-dessus.

 

 

A vous de jouer !



Écrire commentaire

Commentaires: 0