J'ai testé: Le jeûne

Cet article fait suite à mon article « J’ai testé : la détox psyllium–argile verte ». Comme je l’ai signalé dans le précédent article, cette décision d’entamer une session de jeûne a été prise à la suite d’une cure détox de plusieurs mois qui avait certes été efficace mais ne m’avait pas donné les résultats que j’espérais. Cette cure avait été faite pour m’aider à guérir de troubles urinaires et respiratoires. Au moment où j’ai décidé de commencer le jeûne il m’en restait les symptômes suivants : quelques gènes urinaires légères et une congestion nasale persistante.

 

Dans cet article, je vais vous décrire mes journées durant le jeune, j’essaierai de noter tout ce que j’ai avalé (eau, tisanes…) ainsi que le poids que je pèserais chaque matin, l’état d’esprit dans lequel je me trouve jour après jour ainsi que mon niveau de bien-être physiologique. Il s’agit d’un jeune à l’eau durant lequel je me suis autorisée chaque jour quelques bols de bouillon clair de légumes sans aucun résidu et durant lequel j’ai effectué chaque matin un lavement afin d’optimiser les résultats du jeune et d’éviter de m’intoxiquer avec les vieux résidus alimentaires se trouvant dans mon propre colon.

 

Prêts ? C’est parti !

 

J moins 1 

Je ne suis pas très fière mais j’ai mangé une grosse plâtrée de lentilles-riz-carottes-épices ce midi. Je sais qu’il est mieux de manger léger les jours précédant le jeûne mais je me suis dit « C’est l’un de mes derniers repas, demain je n’aurais plus rien » et j’ai craqué. Au moins cela m’a fait plaisir. Cela étant dit j’ai un peu trop mangé et eues des brûlures d’estomac durant les heures qui ont suivies. J’ai bu environs 40Cl de jus de fruits et mangé un petit bol d’abricots mûrs au repas du soir. J’ai également bu 3L d’eau dans la journée.


Premier jour

Poids : 60 kg

Je me sens affamée et obsédée par la nourriture.

Quels plats aurais-je envie de manger ? Quels plats vais-je manger après le jeûne ? » Ces questions ne me quittent pas.

Je suis également très fatiguée et grognon. Je boude, je ronchonne, rien ne va comme je voudrais, je broie du noir. J’ai même des moments de grande tristesse et je me mets en colère facilement.

J’ai fait une suée avant de me coucher. Je ne sais pas combien de temps cela a duré. Peut-être un quart d’heure ou une demie heure.

 

Aujourd’hui j’ai bu que de l’eau, 1L d’infusion aux fruits et deux tasses d’infusion de la même boule ré-infusée avec un peu de cannelle infusée et un peu de jus de citron (peut-être un quart de citron). 

 

Première nuit

 

Couchée à 22h45 très fatiguée. C’est mon heure habituelle. Je me suis endormie assez rapidement. Il me semble que j’ai fait beaucoup de rêves en rapport avec la nourriture. Je me souviens en particulier d’un rêve de vacances en Espagne dans un hôtel avec des plats de sushis. Je n’ai pas eu de fringales durant la nuit. A un moment dans la nuit, mon nez a coulé, je ne saurais pas dire à quelle heure ni pendant combien de temps mais cela a duré au moins plusieurs minutes, c’est la première fois que cela m’arrive. D’habitude j’ai souvent le nez congestionné (abonné aux rhinites) mais qui parvient très rarement à se dégager. J’ai fait une sueur dans la nuit. Je ne sais pas non plus combien de temps cela a duré car je me suis rendormie pendant que cela se produisait. Nuit d’environ 10h. Toujours rien d’inhabituel de ce côté-là. 

 

Deuxième jour

Poids : 59 kg

Au réveil je me sens fébrile (lenteur, légers tremblements) mais reposée et d’assez bonne humeur.

Retour de fatigue en début d’après-midi mais j’ai l’impression que c’est moins qu’hier. Est-ce un phénomène d’habituation ou suis-je réellement plus en forme ?

J’ai toujours des sautes d’humeur mais moins souvent et moins marqués

Restent quelques obsessions sur la nourriture mais seulement de temps en temps. Une vers 14h30 avec de la faim.

Vers 17h30 je sors faire une marche de 30 mn histoire de dire à mon corps que mes muscles sont encore utiles et qu’il ne faut pas les brûler, et je commence à avoir la nausée. Je tiens tout de même 30 mn et rentre chez moi. A 19h je me sens vaguement mieux mais toujours une nausée un peu plus faible qui persiste. Alors je décide de me faire cuire des légumes à l’eau pour boire le bouillon.

J’ai eu quelques mots de crâne mais très peu jusqu’à 15h30. J’ai également eu deux fois des douleurs musculaires durant la journée. Une courte au mollet et une autre plus longue à la cuisse. Je me dis que cela signifie que mon corps commence à éliminer les toxines.

 

Beaucoup d’eau, deux tasses d’infusion à froid concombre (1/4) – citron (3-4 rondelles) et zestes (1/2 citron), 2 bols de bouillon.

 

Deuxième nuit

 

Coucher à 22h45. Grosse douleur à la cuisse droite, impossible de m’endormir. J’ai utilisé une bouillotte et en la mettant directement sur la cuisse cela a calmé un peu la douleur. J’ai finalement pu réussir à m’endormir en la posant sur le ventre, c’est là que les douleurs se sont vraiment calmées. 

 

Troisième jour

Réveil à 8h15

Poids : 58 kg

Je me sens très faible, je m’essouffleme très facilement. J’ai même une sueur en début de matinée ainsi que des mots de crâne.

Routine sportive : seulement les pompes sur le mur. Très difficile.

Les mots de crâne ont disparu après le lavement mais de légères nausées sont apparues. Elles ont disparu au bout d’une ou deux heures et sont réapparus après les deux bols de bouillon du soir et ont persisté environ deux heures. Je commence à me demander si ce ne sont pas les deux bols de bouillon qui déclenche nausées du soir. Serait-il possible qu’ils suffisent à faire grimper ma glycémie suffisamment pour provoquer des nausées ? J’ai des vertiges quand je me lève. J’ai fait une marche de 40mn avec une faible pente et une montée de même niveau. J’ai été complètement essoufflée mais j’ai tenu bon car je voulais maintenir ma masse musculaire et que je me suis dit que cela oxygénait mes cellules.  Je suis rentrée en fin d’après-midi et j’ai commencé à avoir pas mal d’éternuements ainsi que quelques écoulements nasaux qui ont duré toute la soirée. Je pense que c’est bon signe et que mes sinus se libèrent enfin. J’attendais cela depuis plusieurs mois.

 

1,5 l d’eau–deux bols de bouillon de légumes

 

Troisième nuit

Couchée à 11 heures. J’ai mis un peu de temps à m’endormir mais à part ça rien à signaler.


Quatrième jour

Poids: ≈ 57,5 kg.

J’ai toujours des vertiges quand je me lève après avoir été assise pendant longtemps, mais si je reste debout statique pendant quelques secondes avant de commencer à marcher cela passe vite.

Routine sportive en entier mais les pompes de murs ont été très difficiles.

Vers 11 heures, mon oreille droite s’est bouchée. C’est une sensation que je connais particulièrement bien et qui est d’ailleurs l’une des raisons de ce jeûne. Je tente un peu de sérum Phy dans l’oreille mais aucun résultat. J’en conclus que comme d’habitude le souci vient du côté sinus. Je déteste cela mais je me dis qu’il faut laisser du temps au corps pour évacuer les toxines et que j’essaierai de poser des actions pour remédier à cette difficulté plus tard dans la journée si cela ne passe pas tout seul. À 14 heures je ne tiens plus et je décide de tenter un débouchage de mes sinus à l’actisouffre. Cela fonctionne mais seulement pour quelques minutes alors je décide de nouveau de prendre mon mal en patience et retourne travailler. À 15h30, j’ai faim et vers 16 heures je me rends compte que la fin est passée. Mon oreille se débouche en fin d’après-midi et j’ai de nouveau des nausées au moment du coucher.

 

Une tasse plus un bol de bouillon de légumes

 

Quatrième nuit

Couchée à 23 heures. J’ai eu des difficultés d’endormissement et un sommeil léger avec beaucoup de réveils nocturnes.

 

Cinquième jour

Poids : 57 kg

Je ressens une grande faiblesse au réveil, proche de ce que j’ai déjà vécu durant le 3ième  jour. Je fais une sueur. J’ai également des étourdissements, des essoufflements violents ainsi que des palpitations lorsque j’essaie de rester debout. Je ne comprends pas comment c’est possible car hier je me sentais beaucoup mieux. Je me rallonge avec un verre d’eau pour me réhydrater, à ce moment-là mes règles se déclenchent et je comprends ce qui m’arrive : je suis persuadée que c’est ce processus qui a demandé de l’énergie à mon corps et que c’est pour cela que je me sens beaucoup plus faible.

Je ressens une grande fatigue tout au long de la journée avec des nausées, des vertiges, des palpitations, des essoufflements et quelques mots de crâne. Ce jour-là je ne trouve même pas la force de travailler ou de faire ma routine sportive. À la fin de la journée, j’estime que ce genre de journée où je ne peux rien faire ne peut plus durer car j’ai pas mal de choses à faire pour mon entreprise de coaching et qu’en plus je commence en avoir franchement marre d’être tout le temps à plat. Je prends la décision de recommencer à manger demain.

 

À 21h30 j’ai de terribles nausées. Je n’en peux plus, j’ai peur que cela gâche ma nuit, alors je décide de manger trois cuillères à soupe de compote de pommes maison à la cannelle sans sucre ajouté pour calmer cela.

 

Cinquième nuit

Couchée à 23 heures. Sommeil très fragile et endormissement difficile. Au moins je n’ai pas eu de nausée.

Premier jour de reprise

Poids: 56 kg

Je suis un peu essoufflé quand je marche ou monte les escaliers mais sans plus.

Pour le petit-déjeuner à 8h30, je prends huit cuillères à soupe de compote maison. À 11h45, j’ai faim alors je prends un abricot bien mûr pouvoir tenir et terminer mon travail en cours avant le déjeuner. À 13 heures déjeuner : 7 abricots mûrs plus 7 figues

16 heures : un petit bol de raisin

Dîner : un grand bol de soupe de légumes, un chapati maison sans gluten

J’ai encore quelques essoufflements dans la journée, j’espère que ça passera demain.

 

J’ai bu 1,5 l d’eau.

 

Première nuit de reprise

Je me suis réveillée dans la nuit car j’avais des fourmis dans les jambes. Rien d’inhabituel pour moi mais cela ne s’était pas produit durant toute la durée du jeûne. La chaleur estivale qui me fait énormément de bien au moral a malheureusement toujours tendance à aller en contradiction avec mon confort veineux.

 

Deuxième jour de reprise

Je veux savoir quelles ont été les résultats de ce jeune, alors je commence la journée avec le test du candidat albicans. Résultat : 5 à 10 secondes avant de voir apparaître les tentacules caractéristiques. Bon, c’est sûr, dit comme cela ça ne fait pas rêver. Mais il faut savoir que la dernière fois que je l’ai fait l’apparition était immédiate. Il y a donc dû mieux mais pour moi cela présage tout de même de prochains jeunes ou cures détox.

 

Mon poids est un peu remonté,cela me rassure. Je suis à 57 kg. Je reprends ma routine sportive. 

 

La suite du jeûne

Dans les semaines qui ont suivi mon poids est remonté jusqu'à 58-59kg.

J’ai ressenti le besoin de boire moins d’eau que d’habitude, environ 1.5L contre 3 habituellement. Mon confort urinaire ainsi que mon confort respiratoire ont également été bien meilleurs qu’avant toute cette session détox, je n’ai presque pas eu de gênes et lorsqu' elles se manifestaient elles étaient minimes comparées à d’habitude et ne duraient pas.

A voir sur le long terme.

 

Et vous, avez-vous déjà jeûné ? Pour quelles raisons ? Pendant combien de temps ? Comment l’avez-vous vécu ? Et quels résultats avez-vous obtenus ?


Écrire commentaire

Commentaires: 0