Le monde vignettes

Aujourd’hui je vais vous partager ma vision du monde. Cela ne va pas être très proche de ce qu’on vous a appris à l’école. Du coup, comme votre cerveau n’est pas encore habitué à ce type de « gymnastiques », ce que je vais dire pourrait au premier abord vous sembler un peu difficile à comprendre ou même un peu étrange. Mais ce n’est pas grave. Vous verrez qu’avec un peu de concentration, de patience, beaucoup de curiosité et une grande ouverture d’esprit, tout cela pourra prendre sens.  

Premièrement, le temps n’existe pas.

Ensuite, l’espace n’existe pas.

L’idée ici, est qu’il n’y a pas de temps linéaire, donc pas de passé-présent-futur qui se suivent et qui découlent les uns des autres. Il n’y a pas vraiment de continuité entre les instants ni entre les lieux et les situations. Tout fonctionne sur un principe de simultanéité et de sempiternalité. 

Qu’est-ce-que cela signifie ?

 

Sempiternel :

Du latin « semper » toujours et « æternus » éternel

Qui est répété indéfiniment au point de fatiguer

 

Simultané :

Qui se produit en même temps

Pour parler avec des mots plus habituels, cela signifie que tout se passe « en même temps » et « de tout temps ». L’idée est donc que tout ce qui arrive s’est toujours produit et se produira toujours. Il n’y a pas de début, pas de fin, pas d’avant ou d’après, mais plutôt un gros « toujours » et « en même temps que » ; et tout cela se produit dans un non-lieu, c’est-à-dire partout et nulle part en même temps.

Cela étant dit, « pas de continuité linéaire ou temporelle » ne signifie pas « pas de lien du tout ». A mon avis, il y a bien un lien entre les gens, les choses, les situations… Seulement ce lien, ce rapport, n’est ni temporel, ni linéaire, ni même -comme on peut le voir dans certaines théories actuelles au sujet du karma, de la réincarnation ou même de la science- un lien de causalité.  Je pense que le lien entre les choses, les gens et les situations est d’un autre ordre. Dans ce paradigme, ce qui unis tous les phénomènes, choses, personnes, situations… que nous connaissons serait plus à chercher du côté de la physique que du côté des concepts. Ce qui fait le lien entre tout ce qui est, est également ce qui le constitue : c’est l’énergie. Certains l’appellent également vibration, ou si vous êtes croyants, Dieu.

 

Comme nous sommes tous constitué du même matériel, l’énergie, nous sommes tous reliés. C’est un peu comme le phénomène que les physiciens appellent « intrication ». Cela signifie que ce qui arrive à l’un des éléments a une répercussion sur l’autre (ici, les autres), non pas parce cela s’est produit avant, ou après, ni parce que c’était bien, mal, ou encore moral, éthique, ni même parce que c’était logique, mais seulement parce que les éléments sont liés entre eux.

Ce lien n’est pas un lien temporel, logique, moral… C’est un lien constitutif. C’est un lien au niveau de ce qui les constitue, de ce qu’ils sont.

Pour ma part j’aime voir tout ça comme un système à base de vignettes. Dans ce système on commencerait par imaginer que chacune des scènes qui composent ma vie serait représentée par une vignette ou si vous préférez, une image, une photo, un dessin… Personnellement j’aime bien l’idée des vignettes. Ces vignettes ne seraient pas agencées dans un ordre précis et on passerait de l’une à l’autre de manière indéterminée. Puis pour compléter le système, on ajouterait les vignettes de toutes les scènes de la vie de toutes les autres personnes qui existent, ont existé et existeront. Toujours de la même manière, indéterminée. Alors on se retrouve avec un gros corpus de vignettes représentant toutes les situations existantes vues de tous les points de vue dont elles sont vécues.

 

Ces vignettes ne sont pas non plus ordonnées d’une manière particulière mais elles sont faites du même matériau : le papier, ou si l’on se trouve dans le cyber-espace, les octets.

Et là on comprend encore mieux comment ce qui peut arriver à une image peut en affecter une autre qui au premier abord pouvait lui sembler totalement étrangère : par le mouvement des octets ou plus précisément en changeant le code html de la page sur laquelle se trouvent les images. 

Qui s’est déjà essayé au codage informatique en tant que débutant voit ce que je veux dire et à quel point un petit changement dans le code html peut avoir des répercussions sur des éléments auxquels on n’avait pas pensé au premier abord !

Dans cette métaphore, les images sont toutes les scènes de ce qui se passe, s’est passé et se passera dans le monde, et les octets sont l’énergie.

 

Bienvenus dans le monde vignettes.

Écrire commentaire

Commentaires: 0